Rozbi Demir, Coprésidente de la Fédération Union des Alevis de France (FUAF)

Bonjour Rozbi, peux-tu te présenter ?

Bonjour Canlar ! Je m’appelle Rozbi, j’ai 23 ans et j’habite à Montbéliard. Je suis étudiante en droit. Mon projet profes-sionnel est d’exercer le métier d’avocat. Je suis adhérente au centre culturel des alevis de Montbéliard et également coprésidente de la Fédération Union des Alevis de France (FUAF) depuis l’année 2018.

Quel est ton parcours au sein du mouvement alevi ?

J’ai depuis mon plus jeune âge eu un vif intérêt pour les questions culturelles et identitaires. J’ai très vite développé de la curiosité pour ces problématiques, cela s’explique principalement par mon histoire familiale et par la région dont je suis originaire en Turquie à savoir Dersim.

Au sein du mouvement alevi en Europe, j’ai commencé au niveau local dans ma ville, au centre culturel des Alevis de Montbéliard où j’ai participé à des activités culturelles portées sur la langue et la croyance alévie en compagnie de membre de ma famille. En effet, ma famille étant très active dans ce mouvement, à partir de mes 17 ans, j’ai rapidement eu à coeur de prendre des responsabilités au sein de mon CCA.

Tout d’abord, dès l’année 2014, j’ai été élu en tant que responsable de la presse et de communication médiatique de l’association à travers les réseaux notamment. Je tiens à ajouter que mes responsabilités ne se contenaient pas seulement à la responsabilité de la communica-tion par le biais de la presse et les réseaux sociaux. Je contribuais également à la commission des femmes et de la jeunesse en réalisant entre autres des diaporamas pour la journée des femmes et la journée contre la violence faite aux femmes.

Ensuite, j’ai connu la fédération grâce à la bourse de MaSource que j’ai eu l’opportunité d’obtenir pendant deux années.

En juin 2016, en compagnie de M. Hakan ALCA, j’ai été présentatrice d’une manifestation à Strasbourg au nom de la FUAF.

C’est à l’issu de cet engagement que j’ai pris la décision en 2018, sur la proposition de plusieurs personnes engagées au sein de la Fédéra-tion de l’Union des Alévis de France de présenter ma candidature conjointement avec M. Hakan ALCA à la présidence de la fédération.

Tu es la plus jeune dirigeante que notre fédération ait connue. Peux-tu partager avec nous ton expérience ?

J’ai été élue par vous, coprésidente à 22 ans. Je confirme évidemment que je suis la plus jeune dirigeante de notre fédération mais égale-ment de tout l’Europe. Pour être tout à fait honnête je me suis engagée dans cette aventure sans avoir réellement d’expérience préalable. Quand on est jeune la peur, la crainte et le manque de confiance en soi font partie de notre quotidien et en particulier face aux généra-tions déjà bien installées. On pourrait penser à raison que je n’étais pas légitime à être là où je suis mais qui l’est réellement ? J’ai appris avec le temps à répondre aux attentes, à briser mes propres blocages. Mais c’est véritablement depuis 1 an que je sens une réelle diffé-rence, j’ai acquis une certaine expérience tout au long de mes déplacements. L’accumulation de mes participations à différents panels, conférences, activités et événements m’a permis de gagner en maturité et en confiance en moi. Je suis désormais capable de dire haut et fort et sans aucune réserve l’intégralité de ce que je pense quelque soit l’auditoire auquel je dois faire face.

Pour terminer, quel est ton message pour la jeunesse alévie française ?

Ayez confiance en vous. Vous êtes capables, ne vous limitez pas et osez prendre des risques. Quel que soit l’objectif convoité n’hésitez pas, foncez en ayant toujours en tête que vous êtes capables et que les seules limites qui existent sont celles que vous vous fixez !

N’ayez pas de crainte à vous exprimer et à défendre les intérêts de votre communauté et vos propres intérêts, il n’y a pas de meilleur avo-cat que vous-même, ne laissez pas les autres parler à votre place.

Guidez votre conduite par la volonté d’être meilleur qu’hier, vous savez, la plus grande erreur que l’on puisse est de ne pas agir par peur de faire des erreurs. Ainsi j’aimerais insister sur le fait que nous sommes tous capables ! Balayez vos craintes, vos appréhensions et ne tenez pas compte du regard des autres, mettez un pas devant l’autre et prenez des responsabilités aux seins de vos CCA, emparez vous de ce bien commun qu’est la voie ! Contentez vous d’agir et laissez les autres parler, l’alévisme ne s’explique pas, il se vit.

Sachez une chose, nous, les jeunes, sommes l’avenir de notre voie !

J’aimerais terminer avec une citation de Mark Twain ‘’Tenez vous à l’écart des gens qui freinent vos ambitions. Les petits esprits font tou-jours cela. Les plus grands esprits seuls vous font sentir que vous aussi pouvez devenir grand’’.

Avec amour,

Rozbi DEMIR