A la mémoire des victimes de Zini Gediği

8 août 1938 – 8 août 2016
Nul besoin de creuser pour faire remonter les souvenirs à la surface. Ils n’ont même pas été enfouis. Ces souvenirs-là sont les ossements des 97 victimes du massacre de Zini Gedigi (Est de la Turquie).

Rappel des faits :
1938 : les habitants de l’Est de la Turquie sont victimes d’une vague de purification ethnique ordonnée par le gouvernement de l’époque.

8 août de la même année : 97 habitants du village Kilickaya sont emmenés dans la montagne et exécutés par les soldats.

Motif : ils sont alévis. 95 d’entre eux périssent sur le coup. Pour en terminer avec les deux qui tardent à mourir, on leur écrase la tête à coups de pierre. Interdiction est faite aux familles de récupérer les cadavres et de leur offrir une sépulture. Les survivants sont déportés vers l’Ouest de la Turquie.

Des décennies plus tard, les ossements sont toujours là, blanchis, friables, à l’air libre, comme une interrogation muette.

2011 : une demande d’authentification par ADN est déposée auprès des autorités pour que les familles puissent enfin récupérer leurs morts et les enterrer. La demande est rejetée.

2013 : un mémorial est érigé à la mémoire des victimes. Les autorités ordonnent son retrait. Reconnaître le massacre de Zini Gedik conduirait à devoir reconnaître les autres…

Mais si les autorités refusent de reconnaître les faits, les descendants des victimes refusent quant à eux d’oublier ce que leurs grands-parents ont subi.

Depuis quelques années, ils se réunissent à Zini Gedigi, (province d’Erzincan) pour honorer leur mémoire.

Cette année aussi, ils n’ont pas failli à leur devoir et, plus que jamais, sont déterminés à faire aboutir leur demande.

2016-1 2016-2 2016-3 2016-5